Partage de connaissances

Qu’est-ce que l’ergonomie

Les mots clés — Ergonomie — Ergonome — Analyse de l’activité — Analyse du travail — Discipline scientifique — Connaissances sur l’homme au travail — Approche, méthodologie de conception, de correction et de transformation — Capacités et limitations de l’opérateur humain — Situation de travail et d’usage — Recueil et analyse des données — Travail réel — Intervention en ergonomie — Analyse de la demande — Assistance à la conception — Performance et santé au travail — Erreur humaine — Agent de fiabilité faillible — Mise en échec.

Aujourd’hui, il devrait être difficile d’imaginer qu’un système technique ou organisationnel puisse être mis en place sans une prise en compte des connaissances actuelles sur le fonctionnement de l’homme au travail… Et pourtant, c’est le scénario le plus répandu que l’on rencontre dans le monde du travail.

L’ergonomie, c’est quoi ?

Question délicate pour un ergonome… En réalité, ce n’est pas tant la question qui l’est, mais l’interprétation de la réponse par son interlocuteur… L’ergonomie est un sujet très vaste et complexe !
Elle se consacre à l’homme au travail ou plus exactement à l’homme face à une activité, un usage – car aujourd’hui, l’ergonomie dépasse le simple cadre du travail : l’expérience utilisateur (UX), l’architecture, le design web, les loisirs, nos smartphones, l’automobile… Tout système, dispositif en interaction avec un usager, un utilisateur… bref, un être humain.

Toute la difficulté de la description de l’ergonomie vient simplement du fait qu’elle a deux facettes.

C’est en premier lieu une discipline scientifique regroupant l’ensemble des connaissances sur le fonctionnement de l’homme ; plus précisément, une discipline pluridisciplinaire. Pour en citer quelques-unes : la physiologie, les sciences cognitives, la neurophysiologie, la psycho-sociologie, la chronobiologie, l’endocrinologie, la psychopathologie, l’anthropologie et bien d’autres domaines de recherche sur l’homme.
À quoi bon avoir accès à toutes ses connaissances si elles ne sont pas exploitées !

C’est le second aspect, « la pratique » ! L’ergonomie est également une pratique et la mise en application de toutes ces connaissances dans des réalisations concrètes est le propre du savoir-faire de l’ergonome. Cela passe par un travail de terrain car c’est là et uniquement là que les comportements peuvent être observés et les facteurs qui les initient, compris. C’est auprès des opérateurs et des usagers qu’elle s’effectue.
L’ergonomie a une action directe sur la performance des processus de travail et sur la santé au travail. C’est ce qui la rend très efficace.

L’ergonomie est la meilleure approche, pourquoi ?

La clé… les connaissances sur le fonctionnement de l’être humain sous tous ses aspects !
Cela permet d’aborder les problèmes de performance des entreprises tout en s’attaquant à ceux de la santé et du bien-être au travail. Aucune autre approche ou méthodologie de conception et de transformation ne prend en compte ces aspects d’une manière globale.

Vous êtes en droit de penser que nous prêchons pour notre paroisse. C’est légitime ! Cependant… posez-vous cette question : comment peut-on concevoir une organisation du travail, une machine et tout autre système en interaction avec l’homme sans une connaissance fine du fonctionnement de l’humain tout en étant certain de prendre en compte tous les paramètres ? Il y aura des éléments sur lesquels vous passerez à côté. Quelles en seront alors les conséquences sur la fiabilité d’exploitation en terme de performance, de sécurité et de santé ?

C’est en prenant en compte ces connaissances et en sachant les appliquer concrètement que l’ergonomie permet d’aboutir à des conceptions optimales et très pertinentes. Ces connaissances ne s’inventent pas ! Elles sont issues de recherches scientifiques très poussées. Ce n’est pas parce que nous sommes des êtres humains que nous savons intuitivement comment nous fonctionnons – beaucoup de résultats de recherche nous le prouvent.
L’être humain a des capacités et des limitations sur le plan physiologique, cognitif, psychique et des comportements inhérents à son fonctionnement. L’ergonomie intervient en prenant directement en compte tous ces paramètres afin de s’assurer que l’opérateur ou l’usager ne soit pas mis en échec dans l’atteinte de ses objectifs. En d’autres termes, le système conçu doit exploiter au mieux ses « capacités et limitations » pour qu’il puisse faire face de manière pertinente aux situations de travail ou d’usage rencontrées.

Un ergonome, c’est quoi ?

L’ergonomie est un métier complexe faisant appel à de nombreuses disciplines scientifiques, souvent hermétiques à nos client, ayant un champ d’application très… très large. Notre rôle en tant qu’ergonome est d’aider les concepteurs, les entreprises et leurs dirigeants à prendre les bonnes décisions pour assurer la fiabilité et la pertinence des solutions à mettre en place.

Un ergonome est un spécialiste du travail et des usages. Il a la formation et l’expérience requise pour mettre en œuvre les méthodologies et les connaissances propres à l’ergonomie pour en recueillir les informations sur le travail et les usages, les analyser et mettre en application les décisions qui en découlent.
C’est un homme ou une femme de terrain dont l’efficacité se mesure en fonction du nombre de situations de travail qu’il ou elle a pu observer. Plus l’ergonome en a analysé plus il sera pertinent pour en repérer les éléments clés.

Chez ergonova, tous nos ergonomes ont au minimum 5 ans d’études supérieures, du Master II au Doctorat. Ils sont pour la plupart Ergonomes Européens®, seule qualification attestant d’une formation, d’une expérience et d’une pratique professionnelle en ergonomie.

Charte ergonomes européens : www.artee.com
Charte de déontologie des ergonomes européens : www.artee.com/charte-deontologie/

La double compétence est un autre point important pour nous. Une majorité de consultants chez nous ont suivi d’autres formations : mathématique appliquées, programmation architecturale, génie mécanique, physique appliquée, ingénierie arts et métiers, biologie et chimie, gestion socio-économique des organisations, management de la production, administration et gestion du personnel, droit du travail et relations sociales, neurosciences et sciences du comportement, technologie de l’information, voire même la chirurgie dentaire. Cette double compétence vient enrichir les connaissances de nos ergonomes et leur permet d’élargir leur capacité d’adaptation et de compréhension.

Un ergonome, comment ça procède ?

Les méthodologies propres à l’ergonomie utilisent des principes de recueil et d’analyse des données rigoureux et éprouvés. Ils se basent principalement sur l’analyse de l’activité – l’activité désignant les situations de travail ou d’usage réels. Il s’agit de la clé de voûte de l’ergonomie ; sans elle il n’y a aucune compréhension de ce qu’est la réalité du travail et donc aucune compréhension des situations de travail ou d’usage observables sur le terrain.

  • La pratique de l’ergonomie est avant tout un travail de terrain. 
    Toutefois, préalablement à toute intervention, nous devons comprendre votre demande afin de connaître vos objectifs, vos contraintes, l’ampleur de votre projet, les implications stratégiques pour votre entreprise, les populations et les processus impactés. En quelques mots comprendre votre projet aussi bien que vous pour que nous puissions ensemble définir les limites de notre intervention et la manière dont nous pourrons vous assister dans sa réalisation.
  • Analyser votre demande.
    Qu’il s’agisse d’un projet de conception ou de correction, il s’agit de déterminer les situations de travail de références – celles qui vont définir le cadre du terrain d’observation et d’analyses de l’ergonome. Cela va lui permettre de recueillir des données sur les situations de travail spécifiques à votre entreprise, vos métiers, votre population, leurs pratiques et savoir-faire, vos processus de production ou de services. Il en dégagera les facteurs de fiabilité existants et les facteurs à risques.
    Une fois le recueil et l’analyse des informations réalisés, l’ergonome aura tous les éléments en main pour vous assister dans la conception des nouvelles situations de travail ou d’usage. Car il ne s’agit pas simplement ici de concevoir un nouveau dispositif, mais bel et bien de concevoir les modalités d’usage et leur intégration dans votre entreprise ; que ce soit une organisation du travail, un bâtiment, un process ou un nouvel outil.
  • L’assistance à la conception.
    La participation de l’ergonome à la conception permet d’être plus pertinent sur l’élaboration des solutions. Les recommandations d’un ergonome sont de l’ordre de l’objectif à atteindre. Il ne vient pas avec des solutions déjà conçues. Ce n’est pas un concepteur ! Par contre, pour l’employer efficacement, il faut qu’il puisse contrôler, tout le long du processus de conception, les solutions envisagées afin d’éviter tout effet non désiré sur les situations d’usage – effet pouvant entraver les performances de la nouvelle conception. Le travail de l’ergonome ne s’arrête pas à l’analyse de l’activité et à la restitution des recommandations !

Ce que vous devez savoir sur l’ergonomie

L’erreur humaine
Cette notion n’existe pas en ergonomie. Il s’agit toujours d’un problème de conception. C’est le système qui met l’opérateur ou l’usager en situation d’échec ! Nous faisons tous des erreurs ; elles sont issues de nos limitations physiologiques et cognitives – leur rôle est fondamental dans nos processus d’apprentissage. Elles permettent de connaître nos limites et de développer des stratégies plus appropriées. Si un système ne permet pas de récupérer une « erreur » de manière fiable alors il y a « échec » dans l’aboutissement des intentions de l’opérateur avec toutes les conséquences que cela peut entrainer…

En ergonomie nous préférons parler de l’opérateur humain comme d’un agent de « fiabilité faillible » parce qu’il est le dernier recours pour récupérer une situation non prévue dans un système, et pour mettre en place de nouvelles stratégies évitant les points de rupture d’un système.